Loading...

Die von EOS vermittelte FSJ`lerin Nele berichtet im November-Feuilleton ihrer Einsatzstelle über ihre Erfahrungen in Frankreich und die Arbeit im Haus Emmaüs,  einer gemeinnützige Einrichtung für Erwachsene in einer schwierigen Lebenslage und benachteiligte Erwachsene.

En mission Volontaire

« Je ne savais pas quoi faire après mon bac (ABI en allemand), j’avais déjà été bénévole dans le social (cours d’allemand pour les réfugiés, culture religieuse, etc) et je voulais améliorer mon français. J’ai décidé de partir un an en mission volontaire chez Emmaüs Toulouse. Pendant cette année je vais habiter et travailler dans la communauté. Je vais découvrir tous les travaux , la viedans une communauté et le travaild’Emmaüs Toulouse.

Je me suis toujours intéressée aux cultures des autres pays et la fin du bac a été pour moi l’occasion de découvrir un pays avec son mode de vie et des personnes de plusieurs nationalités différentes. La communauté Emmaüs est remplie de personnes qui cherchent à trouver le bon chemin de vie et c’est un peu ça que je viens faire ici aussi.

En ayant des conversations avec les compagnons, les bénévoles, les clients, je me rends compte que je suis de plus en plus sûre de vouloir travailler dans le social plus tard, et surtout travailler auprès des gens. Je me sens unique dans la communauté car je n’ai pas un parcours comme les autres et les compagnons veulent connaître mon histoire, d’où je viens. Je me sens aussi très utile car il y a toujours besoin d’aide à Emmaüs et les compagnons me remercient pour mon travail.Ce que je trouve bien chez Emmaüs, c’est que chaque personne peut trouver sa place dans la communauté. Nous accueillons les personnes telles qu’elles sont. Tout le monde est le bienvenu. C’est une des valeurs principales d’Emmaüs : l’accueil inconditionnel. A l’école, nous sommes obligés de suivre un programme précis. Ici, nous apprenons à travailler en autonomie. Quand on nous donne un travail à faire, on ne nous dit pas comment le faire, c’est à nous de trouver.

Mais ça me permet de découvrir des aptitudes que je ne connaissais pas chez moi. Ici c’est vraiment différent par rapport au travail à l’école.Le travail est plus physique et moins théorique. Il ne s’agit pas de débattre sur les conséquences de la Guerre Froide par exemple, et si elle est terminée ou pas. Car en Allemagne, on nous rappelle souvent de ne pas oublier ce qui est arrivé par le passé. Ici nous sommes dans le présent et le passé (en particulier celui des compagnons) n’est pas abordé. De nos jours, les gens sont tout le temps stressés et pensent à leurs problèmes personnels. Ici, les compagnons arrivent à vivre de manière heureuse et à se dire que leurs problèmes ne sont pas le plus important.

Peut-être que les compagnons profite plus du moment présent. J’aime bien aussi le côté ouvert d’Emmaüs. Le fait qu’Emmaüs soit en contact avec de nombreuses autres associations que je découvre en même-temps. Avant cette mission, je connaissais le principe de don dans des associations et aussi l’hébergement des personnes qui en ont la nécessité mais je ne savais pas
qu’une structure pouvait faire les deux en même temps. Ce genre d’association n’est pas connu en Allemagne.

Quand je vais revenir chez moi après mon séjour je vais chercher à découvrir des associations comme ça en Allemagne (hormis Emmaüs puisque je connais maintenant) et où il y a des possibilités d’en créer et/ou faire connaître ce qui existe déjà.

Mais ce n’est pas seulement Emmaüs qui est plus ouvert.A mon avis les gens en France, particulièrement dans le sud, sont plus ouverts et souris davantage. Pour moi c’est une façon de vivre qui me plaît vraiment et je pense peut-être rester enFrance pour mes études. J’espère que durant la périodeoù je serai là je ne profiterai pas seulement de mes découvertes, de ce que j’apprends et de mes expériences, mais que je pourrais aussi apporter des choses soit en travaillant soit par ma bienveillance envers les autres et en créant des moments de gaieté. „Un sourire coûte moins chère que l’électricité mais donne autant de lumière.“ C’est une citation d’Abbé Pierre et c’est ce que j’espère donner aux autres pendant mon temps ici. Je remercie Emmaüs de m’avoir
accueillie et je suis heureuse d’avoirrencontré tout le monde, les compagnons, bénévoles, salariés, etc…Ici je vis une expérience très enrichissante, humainement.“

2018-06-26T13:29:02+00:00

Leave A Comment